Incubateurs = accélérateurs pour les startups

Cet article va t’intéresser si tu te demandes comment (et où) trouver de bons deals pour investir en startups.

Car j’ai 2 chiffres à te partager aujourd’hui :

  • Les startups soutenues par des incubateurs ont 23 % de chances de réussir en plus (VS les startups classiques).
  • Les startups soutenues par des incubateurs ont un taux de rendement de 53 % en moyenne (c’est bien meilleur que les 21 % d’une startup classique).

(Source de ces chiffres.)

Ces chiffres expliquent pourquoi j’investis aujourd’hui uniquement dans des startups soutenues par un incubateur.

(Et tu aurais intérêt à faire de même.)

Car ces “quelques” pourcentages sont loin d’être négligeables quand tu investis en capital risque (réputé comme risqué par définition).

Ils peuvent faire la différence entre une startup qui décolle et finit par te faire un superbe exit (qui te fait empocher un beau multiple).

Et une startup qui va à zéro après des années de galère…

Mais attention, il ne faut pas non plus investir dans n’importe quel incubateur.

Ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit : tous les incubateurs ne se valent pas.

Loin de là même !

Dans cet article, on va voir comment distinguer les bons incubateurs (ceux dans lesquels tu dois investir) des autres (à éviter).

Déjà, garde en tête que le rôle d’un (bon) incubateur, c’est d’être un accélérateur pour les (bonnes) startups.

Autrement dit, les incubateurs doivent proposer des programmes conçus pour fournir un soutien complet aux startups en phase de démarrage.

Avec un seul but : les propulser vers le succès, en accélérant leur croissance.

Ces programmes offrent généralement une combinaison de mentorat, de ressources et de financement pour aider les startups à surmonter leurs défis (et à faire évoluer rapidement leurs CA).

Voici les 2 éléments essentiels qui font de bons programmes d’accélération :

  • Du mentorat : les bons incubateurs donnent accès à un réseau de mentors expérimentés. Ces mentors sont souvent des entrepreneurs chevronnés, des experts d’un secteur ou des chefs d’entreprise prospères qui partagent des conseils valant de l’or (littéralement).
  • Des ressources pédagogiques : les programmes d’accélération comprennent souvent des ressources éducatives structurées (comme des ateliers et des séminaires). Ces sessions couvrent les sujets décisifs, comme l’analyse de marché, la gestion financière et les considérations juridiques. Elles sont conçues pour fournir aux fondateurs des compétences pratiques qui leur éviteront de planter leurs startups.

Ça, c’est pour les bons incubateurs.

Les excellents incubateurs proposent quelque chose de plus.

Quelque chose qui est loin d’être négligeable quand on lance un business : de l’argent.

(Car l’argent, c’est l’oxygène de toute entreprise.)

Je te dévoile les 3 mécanismes via lesquels les excellents incubateurs “donnent” de l’argent aux startups qu’elles soutiennent :

1 – Le financement de démarrage : certains incubateurs injectent du capital (parfois plusieurs centaines de milliers de dollars) pour aider leurs startups à se lancer. Ce financement couvre généralement les dépenses essentielles (comme le développement de produits, le marketing et les premiers coûts opérationnels).

2 – L’investissement en actions : les excellents incubateurs prennent des participations dans les startups qu’elles soutiennent. En échange de financement, de mentorat et d’autres ressources, les startups acceptent d’allouer un certain pourcentage de leurs capitaux propres à l’accélérateur. C’est le meilleur moyen d’aligner les intérêts de l’incubateur et de la startup.

3 – Les “demo days” : les “journées de démonstration” (demo days en VO) sont des événements pendant lesquels les startups présentent leurs pitch decks à un public sélectionné d’investisseurs, d’experts du secteur et de partenaires potentiels. Ces événements sont l’idéal pour obtenir un financement auprès de gens sérieux (qui n’investissent pas n’importe où).

Le Y Combinator (ou YC) est l’exemple parfait de ce qu’est un excellent incubateur.

Car il coche toutes les cases que je viens de te citer.

Cet incubateur de la Silicon Valley fait une sélection drastique à l’entrée : ils prennent moins de 1% des boîtes qui y postulent.

Mais derrière, le YC les soutient à fond.

Les fondateurs ont un accompagnement ultra-intensif (qui dure 3 mois minimum).

Et le YC leur donne 500K dollars le jour de leur arrivée pour les aider à faire de la croissance.

Oui, 500 000 dollars.

Tu imagines ?

On est loin de ce que proposent les autres incubateurs (notamment en France).

Par exemple, à Station F (notre incubateur parisien), c’est aux fondateurs de payer pour y mettre leurs bureaux (un peu comme un loyer en fait…).

À côté de ça, tu comprends maintenant pourquoi que ce n’est pas par hasard que le YC obtient les meilleurs résultats au monde.

C’est le plus grand incubateur de startups, où sont passés Stripe (100 Mds$), Airbnb (94 Mds$), Dropbox (11 Mds$), Coinbase (38 Mds$), Twitch (Acq. Amazon 1 Mds$), et tant d’autres qui font maintenant partie de ton quotidien.

Le YC compte une centaine de licornes à lui tout seul (alors qu’il y en a une trentaine dans toute la France).

On parle de startups de 1 milliard de dollars de valo jusqu’à plus de 80 milliards selon les dernières valos.

Certaines sont déjà montées à 150 milliards, et d’autres ont déjà exit à plus de x10 000.

Par exemple, tu as des boîtes comme Airbnb qui ont fait x31000 sur leur entrée en bourse !

Tiens justement, parlons-en rapidement d’Airbnb.

Tout le monde connaît le succès fou du leader de la location courte durée.

Mais la plupart des gens ignorent que ce succès est du en (très) grande partie à leur incubateur.

Les fondateurs d’Airbnb ont participé au programme d’accélération du YC en 2009.

Ils ont bénéficier d’un mentorat, d’un financement et de conseils pointus.

L’incubateur a joué un rôle central dans l’élaboration du premier business model d’Airbnb.

Et il a contribué à sa croissance ultra-rapide (et à son leadership mondial dans le secteur hôtelier).

Bien sûr, il est aujourd’hui beaucoup trop tard pour investir dans des boîtes comme Airbnb (sauf en Bourse, mais ce n’est plus une startup ).

Mais tu peux investir à mes côtés dans le prochain Airbnb, Stripe, Dropbox, etc.

Il faut que je te dise que ce n’est pas tout le monde qui a l’opportunité d’accéder à des deals via des incubateurs/accélérateurs comme le YC.

Le Club Leonis est le seul en France à proposer d’investir directement dans les deals exclusifs du YC.

Avec moi, tu as l’opportunité d’investir dans la crème de la crème des startups mondiales (que je passe à la moulinette de mes 9 critères gagnants).

Voici le lien avec toutes les infos à savoir sur le Club Leonis.

Je termine en te disant qu’en dehors des incubateurs, il est extrêmement difficile d’investir dans des (bonnes) startups si tu n’es pas toi-même un VC (fonds d’investissement en capital risque).

Il faut êtres très connecté à l’écosystème startup et avoir les bons contacts (et encore).

Sur ce…

Prends soin de toi (et de ton portefeuille),

Gabriel

PS : Je t’avoue que si on me proposait ça, j’aurais pas mal de questions.

Et c’est bien normal.

C’était d’ailleurs le cas des 700 membres historiques du Club avant qu’ils décident de nous rejoindre.

C’est pourquoi je te propose de prendre 30 min ensemble par téléphone pour que je puisse répondre à chacune de tes questions.

Clique ici pour booker ton créneau dans mon agenda (uniquement si tu es un minimum sérieux et motivé).

À très vite.

Ma mission : Te donner accès aux investissements réservés aux ultra-riches et créer 1000 millionnaires.

Tu veux investir dans les meilleures startups de la Silicon Valley ?

Tu veux investir dans des deals exclusifs de business angels… pour une fraction du prix ?

Commence comme nos 700 membres historiques dès maintenant, juste ici…

J’investis dans les startups

Nos 24M$ investis au Y Combinator en 3 ans valent aujourd’hui 50M$ (soit x2,1 et +27% de rentabilité annuelle).

Nos 24M$ investis au Y Combinator en 3 ans valent aujourd’hui 50M$ (soit x2,1 et +27% de rentabilité annuelle).

“J’ai rejoint le club il y a 3 ans et j’ai pu faire une dizaine d’investissements par an dans des startups aux USA. Comme beaucoup de personnes qui cherchent à investir dans d’autres moyens que la pierre, le CAC40, les crypto ou l’or, il y a cette manne avec les startups qui sont choisies scrupuleusement par Gabriel. Gabriel traite environ 3000 dossiers par an (pour pouvoir y investir avant les très grandes entreprises). Sa méthodologie est très stricte. En tant que membres du club, on a tous accès à poser des questions, à avoir des vidéos des créateurs de startups. Donc si vous aussi vous recherchez des moyens d’investir pour espérer faire de belles culbutes tout en étant patients, vous aurez le choix en rejoignant le club de participer à des deals très prometteurs pour l’avenir. Des deals dans des sociétés comme Abritel ou Airbnb par exemple, qui ont connu des x50, x100, voire x1000. C’est très simple, si vous investissez 2000e et que vous faites un x100, faites le calcul (même s’il y a une part d’impôt à payer et un pourcentage pour l’investisseur de base du choix, qui est Gabriel). Quand on voit par rapport à la pierre ou à la bourse, le calcul est vite fait. Le risque en vaut la peine. Enfin, c’est ce que je pense.” (Nicolas)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *